[Etude] Soft power russe : sources, cibles et canaux d’influence

Posté le : 9 avril 2021
Russie.Nei.Visions, n° 122, Ifri, avril 2021

Soft power russe : sources, cibles et canaux d’influence

Notes de l’IFRI, Institut français des relations internationales, publiée en avril 2021, par Marlène Laruelle, professeure à l’université George Washington (Washington D.C.), directrice de l’Institut pour les études européennes, russes et eurasiennes (IERES), directrice de l’Illiberalism Studies Program et co-directrice du programme PONARS-Eurasia.

 

« Cette note soutient que la Russie déploie un soft power sectoriel, qui cible avec précision certains publics spécifiques en s’appuyant sur quatre particularismes :

– l’histoire et la culture de la Russie ;

– son héritage soviétique ;

– son identité politique conservatrice et illibérale actuelle ;

– son statut de « joker » sur la scène internationale.

L’émergence de cette stratégie a été dictée par l’incapacité de la politique d’influence russe à concurrencer celle des États-Unis, tant sur le plan financier qu’en matière de production culturelle et de marques mondialement reconnues. L’analyse du cas russe invite à s’interroger sur la place que peut prendre à l’international un soft power non universaliste, ainsi que sur les succès et les échecs de Moscou dans la promotion des valeurs conservatrices et dans la contestation de « l’ordre libéral mondial ». »

Les horaires