[Note] La stratégie économico-sécuritaire russe au Mozambique

Posté le : 25 mai 2020
Notes de l'Ifri, mai 2020

Notes de l’IFRI, mai 2020, par Tristan Coloma

La stratégie économico-sécuritaire russe au Mozambique

Présentation :

« Depuis le retour de Moscou sur le continent africain – timidement entamé au début des années 2000 et s’accélérant depuis 2014 -, la stratégie russe cible principalement les pays riches en minéraux en utilisant la stratégie suivante pour séduire les régimes africains : fournir des services de sécurité et de communication en échange de ressources naturelles et/ou d’un soutien lors des votes au Conseil de sécurité des Nations unies.

Cette stratégie d’influence s’appuie sur une rhétorique diplomatique mettant en exergue l’absence de passé colonial, une proximité datant de l’époque soviétique et des luttes d’indépendance et enfin d’une coopération pragmatique sans conditionnalité politique à l’instar de l’approche de la Chine. Elle repose aussi sur une imbrication des intérêts privés et publics russes qui permet à la fois de contenter les oligarques et de faire avancer les intérêts économiques des compagnies publiques, tout en augmentant son influence géostratégique.
Censé devenir un nouvel eldorado gazier suite à la découverte d’importants gisements offshore, le Mozambique a attiré l’intérêt de nombreux pays, dont la Russie. Cette dernière se positionne dans l’actuelle « ruée internationale vers le Mozambique » en déployant tout le spectre de son modèle d’influence, y compris l’envoi de troupes dans le Nord du pays pour aider l’armée mozambicaine face à l’émergence d’un groupe islamiste, un ennemi encore mal identifié. Bien que les autorités russes aient bâti de solides réseaux locaux et jouissent de la bienveillance du chef de l’État mozambicain actuel, Filipe Nyusi, la diplomatie économico-sécuritaire du Kremlin au Mozambique n’enregistre pas que des succès. Elle génère en effet son lot de problèmes avec l’implication de la Russie dans le scandale de la dette cachée et un revers militaire contre les insurgés islamistes à la fin de l’année 2019. »

Les horaires